TRIBUNESTRIBUNES & INTERVIEWS

L’avenir, vous le voyez comment ?

TRIBUNE – par Patrick Paduano, membre Odysseus 31 et retraité de la SNCF

En ces temps où tout semble bouleversé, pourquoi ne pas en profiter pour réaliser une petite introspection de nos habitudes… Il est de bon ton dans notre société de citer le respect global de l’environnement et de rappeler nos gestes au quotidien. De nombreux experts mettent en garde notamment sur les dangers environnementaux causés par notre système alimentaire. Manger moins de viande pour préserver la planète, une possibilité évoquée régulièrement. Mais avons-nous réellement conscience de notre impact sur la biodiversité animale ?


Changement Consommation
Photo© Pete Linforth pour Pixabay

Hubert Rives déclarait à juste titre :

L’homme mène une guerre contre la nature, s’il gagne nous sommes perdus… 

Le saviez-vous ?

Je vous propose de méditer sur quelques chiffres. Au risque de paraître quelque peu rébarbatif, je les trouve malheureusement bien plus parlants que tous les conseils avisés…

Un tout petit chiffre d’abord : trente centimes d’euros. C’est le prix d’une vie, celle d’un poussin acheté par un éleveur… Poussins dont 83 % ne verront jamais la lumière du jour ou qui seront tués pour 50 millions d’entre eux, car jugés improductifs par l’industrie de production d’œufs. Autre chiffre : 26, c’est le nombre de ces poulets tués chaque seconde pour notre consommation (soit 800 millions par an).


Source L214

Et je passe sur leurs conditions d’élevage intensif à l’origine de pollutions diverses (nappes phréatiques, algues vertes, etc) ou encore à l’antibio-résistance des consommateurs du fait de l’utilisation intensive d’antibiotiques.

L’industrie laitière n’est pas plus enviable. Elle cumule nombres de souffrances animales : veaux retirés à leur mère dès leur 1er jour, élevage intensif dans des fermes de plus de 1000 bêtes et conditions d’abattage insoutenables.  

Ce n’est guère mieux non plus pour les cochons dont 95% ne verront pas plus le jour que les poussins et subiront eux aussi sévices, mutilations, reproduction intensive (6 inséminations en 180 jours, 60 naissances).

Quittons la terre pour la mer, est-ce mieux du côté des poissons ? Nous vidons nos océans de toutes vies : on estime à environ 1000 milliards, le nombre de poissons tués chaque année dans le monde (en comparaison ce sont 69 milliards d’animaux terrestres). Leur souffrance n’est pas souvent évoquée mais leur éviscération et leur asphyxie entraînent entre 25 et 250 minutes d’agonie.

Au vu de ce terrible et macabre constat, comment ne pas rendre hommage à Issac Bashevis Singer, alors même qu’il déclarait :

Pour ces créatures, tous les humains sont des nazis, pour les animaux, la vie est un éternel Tréblinka… 

Un éternel Treblinka – Ch. Patterson

Changeons de chiffres avec un sujet qui revient fréquemment sur le devant des débats : les gaz à effet de serre (GES) en vous posant une question toute simple : à votre avis, qui des véhicules ou des animaux émet le plus de GES ?


Source Foodwatch

Les élevages représentent près de 14,5% des GES mondiaux, un chiffre supérieur au cumul de tous les modes de transports ! Par exemple, l’élevage intensif d’1Kg de poulet produit environ 7kgs de CO2.

Saviez-vous également que la production de viande consomme 5 fois plus d’eau que la production végétale ? Une vache en lactation consomme environ 130 litres d’eau par jour, autant qu’un éléphant !

Au final…

Certes, ces chiffres ne sauraient laisser quiconque indifférent, et même s’ils sont terribles, ils ne sont pas là pour convertir autrui à une pensée universelle, mais plutôt pour susciter une réelle prise de conscience, un autre regard sur toutes les formes de vie.


Photo © William Dais pour Pixabay

Pour finir, je citerai Lamartine :

On n’a pas deux coeurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un coeur ou on n’en a pas

Alors au final, votre avenir, vous le voyez comment ?

Pour celles et ceux, qui souhaiteraient pousser plus en avant l’expérience d’un nouveau mode de vie, plus respectueux du monde qui nous entoure, et donc plus bénéfique pour notre planète, c’est déjà un premier pas que de penser AOP, bio, traçabilité, producteurs, maraîchers, proximité, commerce équitable (…)

Voici également quelques liens de cuisine alternative…

https://francevegetalienne.fr
https://vegan-pratique.fr
https://patateetcornichon.com          
https://www.100-vegetal.com
http://www.lafeestephanie.com                       
https://auvertaveclili.fr
http://www.la-gourmandise-selon-angie.com/

Bien sûr cette liste n’est point exhaustive, le domaine est immense et les seules limites seront celle de votre créativité… Mais, à coup sûr, vous mettrez un sérieux coup de canif dans une certaine forme de dissonance cognitive qui consiste à prendre soin de notre planète dans nos actions communes mais, malheureusement, à bien vite l’oublier lors de nos actions quotidiennes

Vous aimez ? Partagez !

Commentaire