ODYSSEUS RACONTEOPÉRATIONS SENTINELLES

109 trottinettes repêchées dans le Rhône

Flashback – Revenons un instant début septembre 2019, presque un an déjà… La photo d’une riveraine lyonnaise, Alexandra Huard, postée sur les réseaux sociaux devient rapidement virale. Elle a été prise au détour d’une promenade sur les berges du Rhône de la Presqu’île et elle montre des trottinettes électriques au fond de l’eau. Cette photo sera l’impulsion de notre première Opération Sentinelle sur la capitale lyonnaise. Une opération qui ne trouvera son nom qu’à la fin d’un triste décompte… 3 heures, 300 mètres et 109 trottinettes repêchées… Retour sur l’Opération 109 trottinettes.


Photo © NatCordeaux

Photo citoyenne et viralité des réseaux sociaux comme point de départ

Mercredi 11 septembre 2019, en fin d’après-midi

Je suis intrigué par une publication Facebook qui arbore déjà près de 500 likes : une lyonnaise, Alexandra Huard, a publié deux photos de trottinettes immergées dans le Rhône, au centre de Lyon… Dans son post, Alexandra précise qu’elle en a dénombré des dizaines le long de son parcours.


trottinettes
Photo © Alexandra Huard

Le média Lyon Capitale reprend cette parution qui devient rapidement virale. Les commentaires s’enchaînent, chacun y allant de sa remarque sur l’incivisme récurrent, l’irresponsabilité des opérateurs de trottinettes, la non viabilité de leur modèle économique, l’inaction des pouvoirs publics…


Photo © Frédéric Del Rey

ça résonne comme les cisaillements de la guitare électrique, la rage de Kurt Cobain…

Pour ma part, je ne vois qu’une seule chose : des dizaines et des dizaines de batteries au lithium immergées dans le fleuve. Le Rhône, notre fleuve, deuxième affluent de Méditerranée après le Nil. Après les PCB, les pesticides, les nitrates et autres métaux lourds… Le lithium… Et « Lithium » in my head… ça résonne comme les cisaillements de la guitare électrique, la rage de Kurt, les contretemps de la caisse claire de Dave…

Alors, au milieu des commentaires, le mien, avec une question simple : « Pourriez-vous m’indiquer sur quelles zones du Rhône vous avez pris ces photos ? « 


Lyon
Photo © NatCordeaux

Action – Réaction – Mobilisation

Nous sommes en septembre, aux prémices de l’automne et de ses crues… L’augmentation progressive du débit risque de déplacer les trottinettes du bord du lit vers le chenal du fleuve, plus profond, plus tourmenté et donc rendre encore plus difficile leur repérage et leur remontée. Il fallait donc agir très rapidement. Il ne nous restait que quelques jours à peine avant d’intervenir. Le dimanche donc.


Photo © NatCordeaux

Mercredi 11 septembre 2019, minuit

La nuit fut courte, de nombreux appels téléphoniques fusent ce soir là. Il s’agit de mobiliser la team Odysseus 3.1. Des plongeurs surtout.

Des plongeurs « en dehors des codes », habitués à tout sauf à la norme.

Avant minuit, une liste de neuf plongeurs est fixée sur papier. Des lyonnais, un sauveteur de la SNSM, un savoyard gardien de refuge qui partirait à 5 heures du matin pour ne louper ça « pour rien au monde », un apnéiste révolutionnaire, un enseignant passionné, un urbaniste, un chef de projet, un gérant de société (…) Tous qualifiés, habilités, autonome et tous titulaires au moins du RIFA (brevet de Réaction et Intervention Face à un Accident de plongée).


Photo © NatCordeaux

[Parenthèse] L’auteur de ce scénario tient à apporter les précisions suivantes à son éditeur : « l’espèce de « tartiflette » de Maurienne refusât l’invitation au prétexte que l’eau était froide, troublée et polluée et que son corps d’athlète apollonien de Maurice aspirait à autre chose qu’une vulgaire trempette rhodanienne. » Je dispose de sms dans ce sens que je soumettrais à la justice de mon pays en cas de litige. [Fin de la parenthèse]

Jeudi 12 septembre 2019, à l’aube

Comme il est bon de sentir que l’Autre partage le même objectif à atteindre

Le lendemain matin, à 7h45, j’adresse un message à Alexandra pour l’informer que nous procéderons au nettoyage des zones qu’elle nous a signalées le dimanche. À 9h00, nous sollicitons les VNF (Voies Navigables de France) en soumettant à leur approbation notre protocole de plongée déjà éprouvé lors d’opérations précédentes pour d’autres associations ainsi que la zone de prospection.

Les plongeurs fonctionneront en binôme, chacun surveillé depuis la terre par un bénévole. Un poste d’infirmerie d’urgence sera installé sur le quai. Quant à la zone déterminée elle se situe sur la rive droite du Rhône entre le Pont Morand et la Passerelle du Collège et entre la Passerelle et le Pont Lafayette sur la rive gauche.

Agir, c’est décider. Et Angélique, notre correspondante VNF, l’a compris. À 10h30, les VNF  nous accordent les autorisations de plonger pour le dimanche 15 septembre, après les avoir sollicitées moins d’une heure trente avant… un record certainement 😉

Comme il est bon de sentir que l’Autre, que l’on connait à peine, partage le même objectif à atteindre, le même besoin d’être utile, juste parce qu’il est là au bon moment, au bon endroit et qu’il a l’envie et le pouvoir de faire. Merci !

Nous voilà donc officiellement investis de ce nettoyage. J’en informe Alexandra, qui n’arrive pas à le croire… De ses deux photos postées la veille, une opération concrète prend forme afin que « réparation soit faite ». Elle communique sur Facebook, pour manifester sa joie, ses remerciements et ses espoirs.

48 heures pour nous préparer

Vendredi 12 et samedi 13 septembre 2019

Les vendredi et samedi sont consacrés dans le camp des Rouges, pardon, d’ Odysseus 3.1 à fourbir nos armes, répéter les scénarii, définir les rôles de chacun. Et espérer que des bénévoles de la dernière heure viennent nous prêter mains-fortes pour la partie terrestre.

Nous vérifions notre matériel de plongée, 1 fois, 2 fois comme il est de coutume pour tout plongeur autonome. Nous rajoutons des cordes, des crochets, des bouées. Nous n’oublions pas les bénévoles à quai, avec l’achat de protections, gants, etc.

Il s’agit, pour nous, de notre première Opération Sentinelle  lyonnaise en tant qu’Odysseus 3.1. Nous n’avons pas le droit à la moindre erreur, à la moindre hésitation ou imprécision.

Notre 1er concert en quelque sorte. Unplugged.

Pendant ce temps là, sur les réseaux sociaux, la rumeur enfle : une équipe de plongeurs va réaliser un nettoyage express d’une zone polluée du Rhône…

Des dizaines de messages d’encouragement viennent s’entrechoquer dans la messagerie d’Odysseus 3.1 et nous font chaud au cœur. Des promesses d’aide aussi.  « Courage ! de tout cœur avec vous ! Nous serons là dimanche ! « .

Let’s go Odysseus !

Dimanche 15 septembre 2019, matin

Lorsque nous nous présentons vers 8h00 le dimanche 15 septembre, au pied de la Passerelle du Collège, rive droite du Rhône dans le 2ème arrondissement de Lyon, les journalistes sont là. Radio, TV, web… C’est impressionnant, nous n’avons pas l’habitude.



Les directives de plongée sont données à 9 heures précises. Un groupe en amont, entre la Passerelle du Collège et le Pont Morand et l’autre qui va explorer l’aval jusqu’à Lafayette. L’ambiance, malgré le brouhaha général et la curiosité des badauds est à la concentration.

La sécurité et la rigueur sont mises en avant, omniprésentes. Le courant du Rhône est là, au rendez-vous. Nous aussi.

Et comme un fauve que nous devons sauver de son piège, nous sommes venus « en paix ».



Le principe de la manœuvre est simple : on plonge, on ramène au bord, on accroche à une corde et on attend que l’objet soit remonté. Au moindre signe de fatigue, de crampes, d’essoufflement, on prévient les autres. Chacun sait pourquoi il est là. Chacun connait ses limites.

L’opération 109 trottinettes peut commencer !

Nous nous mettons rapidement en action. Le paysage qui nous attend sous l’eau ne nous laisse pas insensible. La visibilité est bonne, ce qui nous permet de nous rendre compte distinctement des déchets divers.

Parmi les plongeurs, Vincent Maran, membre d’honneur de l’association, biologiste, océanographe, instructeur de biologie marine et vice-président de la FFESSM. Vincent est venu avec son matériel d’exploration afin d’étudier la vie subaquatique entre ces déchets. Il photographie, révèle, sublime la biodiversité des eaux du Rhône.

Nous survolons des barrières métalliques, quelques vélos et effectivement, comme Alexandra, qui nous a rejoint sur place, l’avait indiqué quelques jours auparavant, une quantité importante de trottinettes. Peu à peu, un système régulier d’allers et venues se met en place. Un véritable travail d’équipe. Sans se parler, mécaniquement, chacun effectuant le geste….


Photos © NatCordeaux

Durant près de 4 heures, nous avons œuvré entre les trottinettes, batteries, vélos et autres barrières. Parmi les déchets jetés et immergés, nous avons fait notre part, rageant parfois de ne pas pouvoir tout remonter. Mais encouragés par les apparitions régulières de têtes nouvelles au bout des cordes jetées de la hauteur des quais, nous n’avons pas relâchés nos efforts un seul instant.


Photos © NatCordeaux

Dimanche 15 septembre 2019, 13h30

Vers 13h30, le décompte officiel annonce « du haut de cette pyramide, 109 trottinettes nous contemplent ! »


Photos © NatCordeaux

Et quelques curiosités…



La suite ?

Seule notre chargée de com’, rigoureuse, impliquée et passionnée peut la raconter. Une prise de vue exceptionnelle, un traveling désormais légendaire enseigné dans toutes les écoles audiovisuelles comme la bataille d’Austerlitz à Saint Cyr… Un succès mondial vu plus de 600 000 fois 😉


Fin de notre opération #alertepollution #stoppollution à #Lyon 109 trottinettes remontées à la force des bras en un peu plus de 3h ! Des plongeurs épuisés, des bénévoles crasseux. Et il y a encore tant à faire …

Publiée par Odysseus 3.1 sur Dimanche 15 septembre 2019
Photos © NatCordeaux

Rendez-vous dimanche sur l’autre rive !

Plus sérieusement, vous vous demandez sans doute pourquoi nous revenons aujourd’hui, 8 mois en arrière ? Après cette opération, nombre de riverains nous ont signalé quantité de trottinettes ici et là, le long des berges. Parmi les nombreux signalements, un lieu revenait souvent : le Pont Guillotière.

Si le confinement nous a empêché d’agir avant, le déconfinement a précipité les opérations. 15 jours après notre exploration du lac du Parc de la Tête d’Or, nous organisons un nouveau nettoyage sur l’autre rive cette fois.

Si vous avez envie de nous rencontrer, de partager un moment citoyen avec nous tout simplement, nous vous donnons RDV dimanche 28 juin Pont Guillotière à partir de 9h. Et si vous êtes costaud et en forme, seriez-vous partant pour nous aider à remonter les déchets que nous trouverons ? On a besoin de vous !

Vous aimez ? Partagez !

Comments (2)

  1. Le rhône, toujours le rhône, même situation au niveau de l’escale de la cité internationale, depuis le ponton situé au niveau de la passerelle de Saint-clair rive gauche et puis plus en amont au niveau du pont de l’A42 sur Villeurbanne dans le canal en rive gauche, en rive droite encore sur la partie amont du parc de saint-clair au niveau du péage de TEO :
    trottinettes, caddies, barrière de chantier sans parler des voitures immergées.

    Notre Rhône vert , bleu intense, profond, si beau .

    • Bonjour Rémi,
      Je vous remercie sincèrement pour vos précieuses indications.
      Nous en tiendrons compte pour préparer une prochaine opération de nettoyage et nous irons en repérage sur ce site.
      Comme vous, nous aimons trop notre Rhône pour le voir se dégrader sans rien faire.
      Belle journée à vous. 😉

Commentaire